50 € = 1H de Recherche
Je fais un don
Objectif 2000 Heures Avant le 31 janvier minuit Déjà 1072 heures de recherche financées

Du 8 décembre 2015 au 31 janvier 2016 Mobilisons-nous pour la recherche sur Alzheimer

Agir sur les « nanotubes » pour ralentir la maladie

Equipe de Morvane Colin
Inserm – Centre de recherche Jean-Pierre Aubert – Université Lille 2

Une découverte à l’origine de ce projet : la protéine Tau pathologique, à l’origine de la formation des filaments pathologiques qui s’accumulent à l’intérieur des neurones, se propage de manière hiérarchisée de neurone à neurone selon un mécanisme de type « prion ».

L’objectif de ce projet : tout transfert de neurone à neurone nécessite un « véhicule ». Cette équipe de recherche est donc bien décidée à identifier ce véhicule pour pouvoir freiner, voire bloquer la propagation de la protéine Tau, et ralentir ainsi l’évolution de la maladie. Et pour l’équipe, le véhicule le plus crédible serait les « nanotubes » qui relient les cellules. Et si cette hypothèse est vérifiée, l’équipe sera prête à agir : elle est déjà en collaboration avec une société biopharmaceutique développant des molécules visant à bloquer ou tout du moins ralentir ce transfert via les nanotubes…

L’espoir : pouvoir ralentir la progression de la maladie en gagnant plusieurs années !


Identifier les gènes qui favoriseraient la maladie

Equipe de Julien Chapuis

Inserm – Institut Pasteur de Lille

Une découverte à l’origine de ce projet : l’analyse du génome humain à partir de laquelle plus de 150 gènes ont été identifiés comme potentiellement impliqués dans le développement de la maladie d’Alzheimer.

L’objectif de ce projet : s’appuyer sur les nouvelles techniques de criblage pour identifier précisément celui ou ceux qui ont un lien direct avec la surproduction de peptides amyloïdes menant à la formation des « plaques amyloïdes » caractéristiques de la maladie d’Alzheimer. L’équipe de Julien Chapuis compte bien d’ici 2 ans réaliser un criblage à l’échelle du génome entier.

L’espoir : ouvrir de nouvelles voies de développement thérapeutique.


Le chant pour combattre les douleurs

Equipe de Bernard Laurent

Inserm – CHU de Saint-Etienne

Une découverte à l’origine de ce projet : l’efficacité démontrée de la musicothérapie, et tout particulièrement du chant, dans la prise en soins de plusieurs douleurs chroniques.

L’objectif de ce projet : évaluer avec précision l’intérêt thérapeutique du chant pour soigner les douleurs physiques des patients atteints de la maladie d’Alzheimer. Les thérapies non médicamenteuses ont déjà apporté des preuves de leur efficacité sur la perte des capacités fonctionnelles de ces patients, l’anxiété, la dépression, mais jamais encore sur ces douleurs physiques. L’équipe va donc étudier l’efficacité comparée du chant et d’autres thérapies non médicamenteuses sur les douleurs physiques et l’ensemble de la qualité de vie des patients, au cours de plusieurs semaines d’ateliers.

L’enjeu : prouver scientifiquement l’intérêt spécifique du chant comme anti-douleur pour les personnes malades d’Alzheimer.


Aidez les chercheurs à faire ces découvertes qui changent tout pour les personnes malades, pour leurs proches, pour nous tous

Ces découvertes qui changent tout, ce sont toutes celles que font les chercheurs pour que s’ouvre enfin la voie d’un traitement contre la maladie d’alzheimer et les maladies apparentées

Et en 30 ans, les nombreuses découvertes ont permis par exemple :

L’identification des protéines « amyloïde » et « tau » responsables des lésions caractéristiques de la maladie

L’émergence des traitements symptomatiques

La réalisation et la poursuite d’essais thérapeutiques d’immunothérapies chez l’Homme

Les considérables progrès de l’imagerie médicale cérébrale, permettant un diagnostic plus précoce

L’identification de 11 nouveaux facteurs de susceptibilité génétique

L’identification et la prise en charge des facteurs de risque

Chaque année, france alzheimer fait avancer la recherche en finançant des projets qui enrichissent les découvertes

50 projets en cours et déjà de grands et nouveaux espoirs :

Le potentiel thérapeutique de la caféine

À Lille, l’équipe de David Blum a démontré sur des souris la capacité de la caféine à freiner le développement de la maladie. Des essais cliniques doivent maintenant étudier cet impact sur l’homme. Et si la caféine ne pourra jamais prévenir ou traiter à elle seule la maladie d’Alzheimer, elle pourra être intégrée à des traitements combinant plusieurs molécules.
Fermer
En savoir +

Des anticorps de lama pour un diagnostic encore plus précoce

Les anticorps de lama ont la particularité de passer la membrane qui empêche beaucoup de composés d’accéder au cerveau. À Paris, l’équipe de Pierre Faye a eu l’idée de les utiliser pour créer des molécules uniques au monde, capables de rendre visibles par IRM les lésions caractéristiques de la maladie, présentes dans le cerveau bien avant l’apparition des symptômes ! Une avancée majeure pour gagner quelques années sur la maladie et ralentir sa progression…
Fermer
En savoir +

Freiner la maladie en bloquant des sucres complexes

À Créteil, l’équipe de Dulce Papy-Garcia a mis en évidence l’implication de sucres complexes, les héparanes-sulfates, dans le développement de la maladie. Chez le mammifère, elle a réussi à bloquer ce processus avec pour résultat une forte diminution de la pathologie. Prochaine étape : la mise au point d’une molécule thérapeutique qui pourra être intégrée aux traitements de demain.
Fermer
En savoir +

« La maladie d’Alzheimer est complexe et multifactorielle. Les chercheurs s’accordent donc à penser que les traitements de demain combineront plusieurs molécules agissant sur différents facteurs de développement de la maladie.

Chaque nouvelle découverte est donc cruciale, alors continuons de soutenir toutes les pistes de recherche ! »

Mobilisez-vous dès aujourd’hui en soutenant les chercheurs

En France, plus de 850 000 personnes sont déjà atteintes de la maladie d’Alzheimer ou d’une maladie apparentée. Et plus de 600 hommes et femmes sont diagnostiqués chaque jour. Nous sommes tous concernés, et il n’y a qu’avec nous tous que les chercheurs trouveront enfin un remède. L’espoir est là, agissez dès maintenant !

Je fais un don pour la recherche

Et je le fais savoir en créant mon avatar «chercheur France Alzheimer»

Je mobilise mes amis
pour la recherche sur
la maladie d'Alzheimer

Pour faire ces découvertes qui changent tout, les chercheurs ont besoin de la mobilisation de TOUS !
3 moyens de mobiliser vos réseaux :

1

Créer votre avatar

Chercheur France Alzheimer et le partager en faisant un don pour la recherche, dès 1 € !

2

Diffuser la campagne

Sur vos réseaux
sociaux

3

Télécharger

le kit de partage avec tous les visuels pour relayer la campagne

Merci aux partenaires de cette campagne :